Mundo

En España, el Catalogne rehabilita a las «sorcières», «víctimas de una persecución misógina»

Torturées, pendues, accusées of crime sans preuves: le Parlement de la région espagnole de Catalogne (nord-est) a approuvé, mercredi 26 janvier, une résolution visant à réhabiliter la mémoire de centaines de femmes exécutées pour «hechicería» entre ellos XVy y XVIIIy siècles.

Les groupes indépendantistes, majoritaires au Parlement régional, et de gauche à l’origine de cette Initiative estiment que ces femmes ont été « víctimas de una persecución misógina » et réclament que leurs noms puissent être donnés à des rues de ciertas villes de la région.

también lea Article réservé à nos abonnés De la diabolisation des femmes aux bûchers de sorcières

La chasse aux sorcières, qui a duré plusieurs siècles, a été particulièrement intenso dans cette région. Selon la revue scientifique locale sapiens – dont les enquêtes ont servi, avec les recherches de l’historien barcelonais Pau Castell, from base à cette résolution –, la Catalogne a été l’une des régions d’Europe où ont eu lieu des actes anti-sorcellerie, de desde 1471 Elle est aussi considerée comme l’une des régions où ont eu lieu le plus d’executions de « hechiceras ».

Les noms de plus de 700 femmes récupérés

« Nous avons récupéré récemment le nom de plus de 700 femmes qui, entre les XVy y XVIIIy siècles, ont été jugées, torturées et exécutées », ont ainsi indiqué les formaciones ayant propone cette résolution, qui a été adoptée à une très large majorité (114 votos a favor, catorce contras y seis abstenciones).

Les vies et morts tragiques de ces femmes – dénoncées par leurs voisins – seront désormais analysées dans une perspectiva de género, afin de sensibiliser la population à leur sort, comme c’est déjà le cas en Ecosse, en Suisse, en Norvège ou dans la Región española de Navarra, détaille le texte approuvé.

READ  qué recordar sobre el miércoles 1 de junio
también lea Article réservé à nos abonnés La sorcière, de criatura maléfica a icónica feminista

« Avant on nous appelait les sorcières, maintenant on nous appelle «les féminazies, les histeria o les «mal baisees. Avant, on parlait de chasse aux sorcières et maintenant on parle de féminicides », la defensa à la tribune du Parlement régional Jenn Díaz, du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC).

Le Monde con AFP

Eugènia Mansilla

"Jugador. Aficionado a las redes sociales. Aspirante a especialista web. Fanático de la cerveza. Comunicador. Emprendedor. Friki zombi malvado. Fanático apasionado de la televisión. Entusiasta del tocino incurable".

Publicaciones relacionadas

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Botón volver arriba
Cerrar
Cerrar